Le réveil du Dragon

L'éveil ?

Aujourd'hui, le Dragon qui est en moi s'est réveillé. Attention, il ne s'agit pas du Dragon Tolkenien, qui collectionne l'or, non. Il s'agit du Dragon Gardnerien, qui détient le Savoir.

En d'autres termes moins exotiques, aujourd'hui, c'est la rentrée. J'en ai les flammes qui me montent aux yeux.

!END-SUMMARY!

Eternation

On pourrait croire que le Dragon passe son été à se reposer en attendant que les moutons étudiants soient de retour pour sortir de sa tanière, mais il n'en est rien. Le Dragon, bien que capable d'oisiveté, affute en réalité ses crocs et active son immense cerveau (il prépare ses cours), organise son troupeau (prépare les groupes), et fait briller tout son or (il prépare l'amphi et les documents de rentrée) pour accueillir les petits agneaux qui ne savent pas encore à quelle broche il vont se faire rôtir.

L'air de rien, cela demande une somme de travail considérable. En amont, il a fallu préparer une petite application (le Dragon a une préférence pour Python) pour que les étudiants puissent faire des demandes de binômages sans dépendre de Google Alphabet, avec un délai assez long (tout le mois de juillet) pour que tous aient le temps de le faire.

Bien entendu, il y en a qui partent immédiatement en vacances et ignorent joyeusement les mails, et ils viennent bêler le jour de la rentrée pour tenter de changer d'enclos. Quousque tandem, quousque tandem ?

Il a fallu constituer les groupes, avec la contrainte amusante que j'ai 10 groupes de taille 13 dans lesquels je dois caser 163 étudiants. Faites le calcul, pour rigoler. Pour ajouter un peu de piment, parmi ces étudiants, il y en a à binômer, donc, mais aussi des qui doivent être dans un groupe précis, des qui partiront peut-être en apprentissage, des qui soutiennent en septembre et qui risquent plus ou moins fortement de redoubler, des en situation d'échec qui risquent de ne pas se présenter le premier jour ou partir au bout de x semaines.

Il a fallu préparer l'amphi de rentrée, et donc courir après n autres dragons pour savoir si untel est toujours responsable de tel ou tel aspect, parfois sans succès. On prépare aussi une broche spéciale cette année pour une cuisson longue durée : un projet multi-module (conception objet avancée, programmation objet avancée, programmation web côté serveur et bases de données avancées). Mes collègues ont d'autres broches : une en modélisations mathématiques, toute aussi longue mais moins épaisse, et une en gestion, plus courte. Et une pomme pour fermer en janvier.

Il faut aussi préparer les divers parchemins à distribuer, la liste des victimes, et bien entendu affronter ce moment terrible : l'amphi de rentrée (à 9h).

Bêêêêêêê

C'est la troisième fois que je fais cela, et je crois que c'était la plus épuisante. Qu'est-ce que ça peut faire comme bruit, un troupeau... Ca aurait pu être bouclé en 45 minutes, appel compris, mais ça a pris une bonne heure à cause du bruit et de la nécessité de leur faire baisser le volume régulièrement. L'appel était (évidemment) le pire en terme de bruit.

J'imagine que le plupart des choses est rentrée par une oreille pour sortir par l'autre chez nombre d'entre eux, mais, comme quelqu'un de cynique pourrait le dire, c'est normal, entre les deux c'est plein de vide, ça fait appel d'air. Mais je ne suis pas cynique, et je mettrai ça sur le compte de la rentrée et que bêhêhê je te raconte mes vacances.

Le silence est d'Or

Une heure d'amphère, disais-je. Après cela on peut se retirer vers le bâtiment habituel et reprendre les choses sérieuses : les soutenances. Woouuuuuu.

On enchaine donc avec des soutenances de stage jusqu'à 12h30, puis un vol express jusqu'à ma caverne pour un repas tout aussi express et retour sur le plateau pour des soutenances de 13h30 à 18h30 non stop.

Les soutenances, c'est assez aléatoire, on a du très moyen (fiche de notes lues) et du très bon. On a même du à distance par Cielpe. C'est épuisant, ça endort le cerveau. Et il faut délibérer, mais, comme le reste du jury est sympa, ça se fait vite et bien.

But wait, there's more

Bien entendu, ça ne s'arrête pas là, naïfs que vous êtes. Il faut ensuite courir après les notes, car en tant que Grand Dragon, j'ai le privilège immense de devoir gérer le troupeau de 2e année et ses bulletins, et ses résultats (ou absence de). Ouf de soulagement, les notes sont dans le bureau du collègue parti depuis un moment et qui ne répond pas au téléphone.

Bilan final : départ du plateau à 19h30. Pas trop mal, le 9h->19h30 avec à peine une heure de pause repas pour le premier jour.

A demain peut-être pour la suite des tribulations de ce Grand Dragon.

Comments !